Conte du Pays basque : la tabatière

Par défaut

Comme souvent dans le monde, il y avait un jeune homme qui voyageait. En marchant, il trouva un jour une tabatière. Il l’ouvre, et la tabatière lui dit : Que quieres ? (Que veux-tu ?). Saisi de peur, il s’empresse de serrer la tabatière dans sa poche ; heureusement il ne la jeta pas. Il alla loin, loin, loin, et se dit en lui-même : « Si elle me dit de nouveau que quieres, je saurai quoi lui répondre. » Il reprend sa tabatière, l’ouvre, et elle lui dit de nouveau : « Que quieres ? » Le jeune homme répondit : « Mon chapeau plein d’or », et le chapeau se trouva remplir d’or.

Notre jeune homme fut ravi ; désormais, il n’aurait plus besoin de rien. Il alla loin, loin, loin, et après avoir traversé des forêts, arriva devant un beau château. Là demeurait un roi. Il en faisait le tour et le tour, regardant partout avec assurance. Le roi lui demanda ce qu’il faisait là. – « Je regarde votre château.Tu préfèrerais en avoir un pareil, n’est-ce pas ? » Le jeune homme ne répondit rien. Mais quand arrive le soir, il prend sa tabatière et l’ouvre : « Que quieres ?Fais moi ici même un château avec des lattes d’or, des tuiles de diamant, et tout le fourniment en argent et en or« . Il finissait à peine de parler qu’il voyait, en face de la maison du roi, un château comme il l’avait demandé. A son réveil, le roi fut stupéfait en apercevant cette magnifique maison qui tirait les yeux sous l’éclat du soleil. Toutes les servantes demeuraient aussi là à regarder. Le roi alla chez le jeune homme et lui dit qu’il était un homme de grand pouvoir ; qu’il devrait bien venir chez lui ou consentir à ce qu’il vécussent tous ensemble ; qu’il avait une fille et qu’on la marierait avec lui. Il en arriva comme avait dit le roi, et tous se rendirent à la magnifique maison. Il se maria avec la fille du roi et il vécurent heureux.

La femme du roi avait une grande jalousie envers ce jeune homme et envers sa fille. Elle savait par sa fille comment ils avaient une tabatière qui leur procurait tout ce qu’ils voulaient. Elle s’entendit avec une servante pour essayer de voler cette tabatière. Elles observèrent avec soin où on la mettait le soir, et quand elles connurent l’endroit, au milieu de la nuit, pendant que ses maîtres étaient endormis, la domestique s’en empara et l’apporta à sa vieille maîtresse. Quelle joie pour celle-ci ! Elle ouvre la tabatière qui lui dit : « Que quieres ? » (…)

Téléchargez le conte en entier (pdf)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s