Les Basques dans l’Antiquité

Par défaut

Les historiens de l’Antiquité répertorient différents peuples implantés dans le triangle Pyrénées-Garonne-Atlantique : les Vascons en Navarre, les Varduli en Guipuzcoa et les Caristii en Biscaye. Dans le dernier millénaire avant JC, la zone d’influence des premiers basques s’étendait de la Garonne à l’Aragon et à l’actuelle Biscaye : elle correspondrait à la zone de transhumance des Pyrénéens occidentaux. Les celtes, qui envahirent la Gaule vers 500 av JC, ne parvinrent jamais à conquérir cette zone d’influence. Même si, au tournant de l’ère chrétienne, une certaine celtisation s’était manifestée par l’introduction de l’agriculture et du travail du fer en Aquitaine, dans le sud de l’Alava et de la Navarre, ainsi que dans l’ouest de l’Aragon. Les derniers siècles avant JC sont également marqués par la construction d’oppidum sur de hautes collines.

En 72 av JC, Sertorius, le chef romain en Ibérie, se soulève, avec le soutien des Vascons et des Cantabres, contre Rome et Pompée. Ce dernier vient assiéger sa capitale. Après sa victoire, il occupe la Navarre et l’Alava puis fonde la ville de Pampelune. Les Romains occupaient alors toute la péninsule ibérique. L’une de leurs plus importante voies, de Bordeaux à Astorga, traversait le Pays Basque. Ils exploitèrent des gisements de minerais de fer des Encartaciones (zone la plus occidentale de la Biscaye), ce qui favorisa le développement des forges dans la zone. Mais les Romains n’ont jamais pu ou jamais voulu s’installer dans les vallées atlantiques et du Nord de la Navarre, sans doute intimidés par les montagnes et les défilés bien défendus par les natifs qui y habitaient. C’est dans les zones romanisées du pays que commença la christianisation et la latinisation du Pays Basque.

La "pierre romaine" d'Hasparren

La « pierre romaine » d’Hasparren

Dans sa « Guerre des Gaules », César distingue en Gaule trois zones selon leur langue, leurs coutumes et leurs lois : les Belges, les Celtes et les Aquitains. Lors des premières expéditions de César contre les Belges et les Celtes, en 58 av JC, les Aquitains demeurent simples spectateurs. Mais, en 56 av JC, craignant que César ne vienne les envahir, ils se préparent à envoyer des renforts aux Armoricains. César envoya alors un de ses lieutenants, Publius Crassus, soumettre l’Aquitaine : les Basques sont battus sur les bords de la Garonne, puis de l’Adour. Finalement, en 39-38 av JC, Agrippa, lieutenant d’Octave (le futur empereur Auguste), guerroya et vainquit les Aquitains. C’est à ce moment là que l’influence basque dans les plaines d’Aquitaine disparût, les populations se latinisant progressivement à la faveur de l’urbanisation : le Gascon serait ainsi une version très fortement latinisée de l’Euskara. Les Romains fondèrent les villes de Lapurdum (Bayonne), Iluro (Oloron), Aquae Tarbellicae (Dax).

L’un des rares vestiges de l’époque romaine en Euskadi, la « pierre romaine » d’Hasparren indique que les Basques obtinrent leur autonomie de Rome, grâce aux services rendus à l’Empire par le gouverneur du pays : la Novempopulanie est créée. La liste de Vérone, un document daté de 297 et énumérant les provinces de l’Empire, atteste d’une certaine autonomie de la Novempopulanie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s