Le noir de Bigorre s’offre une vitrine et un outil

Le noir de Bigorre s'offre une vitrine et un outil
Par défaut

Après avoir obtenu deux AOC, en toute fin d’année dernière, la filière du noir de Bigorre continue de se structurer. Prochaine étape, de nouveaux locaux, avec un atelier de découpe dédié.

Depuis quelques semaines, un beau bâtiment est en train de sortir de terre sur la zone de Pyrène Aéropôle, à Ossun. Une entreprise tournée vers l’aéronautique ? Non, c’est d’une autre pépite locale qu’il s’agit, en l’espèce le porc noir de Bigorre. Lequel vient d’obtenir deux AOC, pour le jambon de porc noir de Bigorre, et pour la viande fraîche. Une étape de plus franchie par la filière, qui s’équipe donc désormais de locaux adaptés. «La filière a grandi, nous réunissons aujourd’hui plus de 60 éleveurs labellisés et produisons plus de 8.000 porcs par an, devrait encore se développer, alors elle se structure», entame Hélène Massoure, la directrice de la Sica noir de Bigorre. Sica pour Société d’intérêt collectif agricole, qui est le pilote de la filière, et qui porte ce projet de bâtiment. «Nous allons enfin regrouper tous les acteurs sur le même site, qui accueillera un atelier de découpe dédié, une plateforme logistique pour l’expédition des produits transformés par les partenaires de la filière, mais aussi les locaux du consortium qui fédère toute la filière.» Pour situer, aujourd’hui, l’atelier de découpe est dans un local proche de l’abattoir, zone Bastillac, et le consortium est abrité dans les locaux de la chambre d’agriculture, place du Foirail à Tarbes…

Incontestablement, la filière se structure. «Maintenant, au bout de dix ans, on commence à être «assis», ce nouveau bâtiment est nécessaire pour assurer le développement du noir de Bigorre. Nous aurons un bel outil, pour la découpe, mais c’est surtout la plateforme logistique qui devrait changer les choses, au niveau de la commercialisation, ce sera un plus indéniable.»

Et ce sera pour quand ? «Pour l’heure, le planning des travaux est respecté, la livraison est prévue pour la mi-juillet. Même si on compte un peu de retard, nous devrions déménager et nous installer là-bas courant août, ou tout début septembre.» Une implantation sur la zone de Pyrène Aéropôle qui ne doit rien au hasard, puisque le bâtiment sera voisin de celui des Salaisons de l’Adour, qui assurent le séchage de la majorité des jambons noir de Bigorre.

Quand on vous dit que la filière se structure, vous en avez la preuve, et en plus, elle le fait intelligemment… Et avec bon goût, et pas seulement en matière gastronomique, puisqu’en termes d’architecture, le bâtiment promet d’être lui aussi assez remarquable. Bref, une belle vitrine, un outil d’exception pour un produit qui l’est tout autant, après tout, c’est d’une logique implacable. Tout comme l’ascension du porc noir de Bigorre qui, en une grosse dizaine d’années, a acquis ses lettres de noblesse. Et maintenant, il va disposer d’une demeure digne de son rang…

Source : ladepeche.fr/article/2016/02/16/2277923-noir-bigorre-offre-vitrine-outil.html

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s