Le Pays basque dans la tourmente de la 2nde Guerre Mondiale

Par défaut

Le magazine a choisi de mettre l’accent sur ces femmes et hommes qui, au péril de leur vie, organisèrent ou rejoignirent le maquis de Soule, les réseaux de passeurs par la Bidassoa, ou encore gagnèrent Londres pour combattre auprès du Général de Gaulle dans les Forces Françaises Libres.

//embedftv-a.akamaihd.net/ca447b09785392f75bc544dea5799582
Txirrita – Le Pays basque et la 2nde Guerre Mondiale – Bande-annonce

Dimanche 8 mai à 11h25 – Un numéro de Txirrita consacré à la seconde guerre mondiale, 70 ans après, en donnant la parole aux derniers témoins directs ou leurs descendants de ces temps de souffrance. Que fut la guerre en Pays Basque pour ses habitants ?

Mixel Esteban, professeur d’Histoire et journaliste, auteur de «Le Pays basque dans la seconde guerre», évoque parmi beaucoup d’autres héros, la figure du Bayonnais Marcel Suarès, compagnon de la Libération avec un retour en images sur l’hommage qui fut rendu à Victor Iturria à Sare en 2014 ou encore Iturria, autre compagnon de la Libération, mort dans la région de Nantes lors d’un accrochage avec les Allemands en août 44 à l’âge de 30 ans.

Occupation, puis très vite collaboration et lois anti sémites…, Bayonne et la côte basque où vit une forte communauté juive depuis son expulsion d’Espagne en 1492, vivront ces années d’abomination. Mais en Pays basque comme en France, des personnes admirables sauvèrent des Juifs. Ainsi Sœur Saint-Jean de Cambo et Marguerite Schwab d’Arbonne, qui en 2001 furent nommées Justes parmi les Nations.

Txirrita revient également sur le réseau Comète sud, qui passera vers l’Espagne près de 900 aviateurs alliés dont les appareils furent descendus par la DCA allemande au-dessus de la Belgique, des Pays bas ou de la France. Petite-fille et fils de passeurs témoignent de l’engagement des leurs.
Réseau de passeurs sur la Côte basque et maquis à l’intérieur, en Soule, avec le Corps franc Pommiès et l’Armée secrète libre. Txirrita rend hommage à Michel Béguerie, du village de Chéraute, engagé volontaire en 44 à 16 ans. France 3 Euskal Herri l’avait rencontré en 2004.

Enfin autre participation décisive de Basques à la Libération de la France, les soldats du bataillon Guernika. Une unité créée par le président du gouvernement basque en exil, José Antonio Aguirre, composante de la brigade Carnot qui libéra la Pointe de Grave en avril 1945. Franck Dolosor, journaliste à la Télévision basque vient de réaliser un documentaire fiction sur cet épisode parfois méconnu. Il resitue dans son contexte l’offensive contre le dernier réduit nazi en Aquitaine, qui bloquait l’embouchure de la Garonne, alors que Bordeaux était libérée depuis août 44.

(source)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s