Pays basque : le pottok et ses amis à l’honneur à Espelette

Pays basque : le pottok et ses amis à l'honneur à Espelette
Par défaut

Plusieurs milliers de personnes sont attendues ces mardi et mercredi à la foire aux pottok, qui accueille également agneaux, poules et bovins. Source : sudouest.fr

Ces mardi et mercredi sont deux jours consacrés à l’animal le plus célèbre du Pays basque. À Espelette, la Foire aux pottok laisse évidemment un peu de place à d’autres animaux.

Elle a débuté ce mardi matin, avec le grand concours de pouliches de 2 et 3 ans, tandis que des balades à pottok sont proposées toute la journée par le centre équestre Zaldika.

Exposition équestre

Ce mercredi, Zaldika sera à nouveau à l’honneur, avec une exposition équestre tout au long de la journée, tandis que le Groupement avicole des Pyrénées-Atlantiques et des Landes (Gapal) présentera ses poules, lapins, pigeons, faisans… Des chevaux de trait seront également dévoilés au public.

Agneaux, bovins et pelote

Ce mercredi sera également dédié le matin au marché des agneaux et des bovins. Il sera également ponctué par le grand concours de chevaux de trait organisé par le Syndicat des éleveurs (à 15heures) et une partie de pelote à main nue opposant les paires Bielle – Etcheto et Larrechea – Ducassou (à 17heures).

Durant toute la foire : vente de machines agricoles, motoculture de plaisance, produits régionaux, animations foraines et dégustation de mets du terroir dans les restaurants du village. Des milliers de personnes sont attendues.

Renseignements auprès de l’office de tourisme d’Espelette au 05 59 93 95 02.

Publicités

Les 25 ans de l’Institut culturel basque

Les 25 ans de l'Institut culturel basque
Par défaut

Le magazine du Pays basque revient sur les 25 ans de l’Institut Culturel Basque qui a pour vocation d’encourager le développement et le rayonnement de la culture basque.

Cet institut, créé en 1990, rassemble l’ensemble des associations culturelles basques et les décideurs publics. Il y a 25 ans, pour la première fois, élus, institutions officielles et acteurs culturels ont appris à se parler autour d’une même table.

Lire la suite : france3-regions.francetvinfo.fr

La magazine du Pays Basque part à la rencontre d’Olentzero

Vidéo

Olentzero ou Olentzaro c’est le moment de Noël symbolisé par ce personnage de charbonnier. Le terme basque serait bien antérieur aux fêtes chrétiennes et correspondrait aux fêtes païennes associées aux solstices d’hiver. Aujourd’hui la tradition basque perdure. Source : france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/

Pays basque : les panneaux d’Aitzina ont duré un jour

Pays basque : les panneaux d'Aitzina ont duré un jour
Par défaut

Sitôt plantés, sitôt arrachés. La dizaine de panneaux installée par Aitzina, hier, a été enlevée dans la journée par le Conseil général. Source : sudouest.fr

Après avoir revendiqué le vol des signalisations de ville francophones, les jeunes Basques de l’association Aitzina (« En avant « ) ont planté des panneaux bascophones. L’innovation n’était pas du goût du Conseil général, principal financeur des panneaux déboulonnés.

En plantant leurs panneaux en langue basque, les militants d’Aitzina voulaient délimiter les provinces du territoire historique du Pays basque français.

A l’entrée de Bayonne, on pouvait lire « Euskal Herria »(Pays-basque), comme sur un panneau officiel. A la frontière de la Soule, un panneau « Xiberoa », du Labourd « Lapurdi », et pour la Basse-Navarre « Baxe Nafaroa ».

Un rêve signalétique éphémère. La police a laissé le Conseil général libre de retirer la dizaine de panneaux dans la journée.

Olentzero tradition de noël du Pays Basque

Olentzero tradition de noël du Pays Basque
Par défaut

Olentzero, dit la légende basque, est le charbonnier qui vit dans la montagne où il fabrique du charbon de bois. Une fois l’an, juste avant Noël, il va par villes et villages distribuer aux pauvres des bûches afin que nul ne souffre du froid la nuit de Noël. Source : aquitaineonline.com

Ciboure, Hendaye, Bayonne et Saint-Jean de Luz célèbrent Olentzero. De nos jours encore, Olentzero, monté sur un pottok (le petit cheval sauvage du Pays Basque), fait du porte à porte et distribue bonbons et friandises aux enfants qui ne manquent pas de l’accompagner et de lui faire cortège.

Le mythe d’Olentzero, originaire la vallée de la Bidassoa, à traversé les âges, s’adaptant sans cesse; aujourd’hui, il tend à prendre une nouvelle forme: Sa popularité s’est étendu à l’ensemble du Pays Basque, et il tend à se substituer au Papa Noël, distribuant les cadeaux aux enfants.

Traditionnellement, le 24 décembre au soir, des groupes de chanteurs vont quetter de maisons en maisons, accompagné d’un mannequin assis sur une chaise représentant Olentzero.

Cette figure mythique a son origine dans la cité de Lesaka, dans l’une des vallées cantabriques de la Navarre Humide du nord-ouest. L’Olentzero est associé à une multitude de légendes. Dans certains lieux il est téméraire, bien que ce soit généralement un être bon. Il est le symbole de l’année qui prend fin et qui est remplacée par l’esprit de rénovation de l’année.

L’agenda d’Olentzero 2014 en Iparralde

L’expo « Olentzero » à Irissarry : Du 20/11/2014 Jusqu’au 20/12/2014
Olentzero à la Maison Basque de Paris : le 13/12/2014
Olentzero au quartier St-Esprit de Bayonne : le 13/12/201
Olentzero à Anglet : le 14/12/2014
Lecture de livres sur Olentzero à Bayonne : le 17/12/2014
Olentzero à Arcangues : le 18/12/2014
Olentzero à Saint Palais : le 19/12/2014
Olentzero à Ascain : le 19/12/2014
Olentzero à Bayonne : le 20/12/2014
Olentzero à Biarritz : le 20/12/2014
Olentzero à Itxassou : le 21/12/2014
Olentzero Park Bayonne : du 22/12/2014 jusqu’au 23/12/2014
L’expo « Olentzero » à Itxassou : du 02/12/2013 jusqu’au 31/01/2014

La dernière fabrique de chistera

Vidéo

« Si vous voyez un village sans fronton c’est que ce n’est pas un village basque, vous êtes sortis du Pays Basque. »
Jean-Louis Gonzalez

Le Vestiaire & My Destination sont partis à la découverte de la dernière Fabrique de Chisteras en France au cœur du Pays-Basque à Anglet. Rendez-vous sur: frontons.fr

Conte du Pays basque : la tabatière

Par défaut

Comme souvent dans le monde, il y avait un jeune homme qui voyageait. En marchant, il trouva un jour une tabatière. Il l’ouvre, et la tabatière lui dit : Que quieres ? (Que veux-tu ?). Saisi de peur, il s’empresse de serrer la tabatière dans sa poche ; heureusement il ne la jeta pas. Il alla loin, loin, loin, et se dit en lui-même : « Si elle me dit de nouveau que quieres, je saurai quoi lui répondre. » Il reprend sa tabatière, l’ouvre, et elle lui dit de nouveau : « Que quieres ? » Le jeune homme répondit : « Mon chapeau plein d’or », et le chapeau se trouva remplir d’or.

Notre jeune homme fut ravi ; désormais, il n’aurait plus besoin de rien. Il alla loin, loin, loin, et après avoir traversé des forêts, arriva devant un beau château. Là demeurait un roi. Il en faisait le tour et le tour, regardant partout avec assurance. Le roi lui demanda ce qu’il faisait là. – « Je regarde votre château.Tu préfèrerais en avoir un pareil, n’est-ce pas ? » Le jeune homme ne répondit rien. Mais quand arrive le soir, il prend sa tabatière et l’ouvre : « Que quieres ?Fais moi ici même un château avec des lattes d’or, des tuiles de diamant, et tout le fourniment en argent et en or« . Il finissait à peine de parler qu’il voyait, en face de la maison du roi, un château comme il l’avait demandé. A son réveil, le roi fut stupéfait en apercevant cette magnifique maison qui tirait les yeux sous l’éclat du soleil. Toutes les servantes demeuraient aussi là à regarder. Le roi alla chez le jeune homme et lui dit qu’il était un homme de grand pouvoir ; qu’il devrait bien venir chez lui ou consentir à ce qu’il vécussent tous ensemble ; qu’il avait une fille et qu’on la marierait avec lui. Il en arriva comme avait dit le roi, et tous se rendirent à la magnifique maison. Il se maria avec la fille du roi et il vécurent heureux.

La femme du roi avait une grande jalousie envers ce jeune homme et envers sa fille. Elle savait par sa fille comment ils avaient une tabatière qui leur procurait tout ce qu’ils voulaient. Elle s’entendit avec une servante pour essayer de voler cette tabatière. Elles observèrent avec soin où on la mettait le soir, et quand elles connurent l’endroit, au milieu de la nuit, pendant que ses maîtres étaient endormis, la domestique s’en empara et l’apporta à sa vieille maîtresse. Quelle joie pour celle-ci ! Elle ouvre la tabatière qui lui dit : « Que quieres ? » (…)

Téléchargez le conte en entier (pdf)