Culture : A Mauléon, relancer et dynamiser le chant basque

Culture : A Mauléon, relancer et dynamiser le chant basque
Par défaut

C’est parti pour les inscriptions à la demi-finale souletine de Kantu Txapelketa, le concours de chant basque.

Les inscriptions à la demi-finale souletine de Kantu Txapelketa, le concours de chant basque qui se déroule tous les quatre ans (tous les deux ans pour les enfants), suivent leur cours puisque huit candidats sont déjà inscrits. Mais le temps passe vite et comme il ne reste plus que 15 jours pour s’inscrire, les animateurs de Xiberoko botza qui organisent le concours ont voulu un nouvel appel aux éventuels candidats.

Ils voudraient en effet qu’une bonne douzaine d’interprètes ou de groupes (il y en avait 13 en 2012) se produisent sur scène.

Le 14 mai à 18h

« Pas seulement pour le concours lui-même, mais parce que l’objectif essentiel de Kantu Txapelketa est de relancer le chant basque là où sa pratique tend à disparaître ou de le dynamiser là où il se pratique toujours, informe Maïté Guiresse.

D’autre part, lors des derniers concours, les filles étaient plus nombreuses que les garçons et il y avait moins de solos. Il serait bon que la tendance s’inverse ».

Si le but est de promouvoir de nouveaux chanteurs, de les faire connaître au public et d’encourager les compositeurs et les interprètes dans tous les styles de chants, il s’agit aussi de conserver la tradition et la mémoire du chant basque auprès des jeunes car c’est un pilier de la culture basque.

Lire la suite : larepubliquedespyrenees.fr

Publicités

Cruauté envers les animaux au Pays basque : l’abattoir de Mauléon suspendu

Cruauté envers les animaux au Pays basque : l'abattoir de Mauléon suspendu
Par défaut

Le ministre de l’Agriculture a réagi à la diffusion de la vidéo choquante, en demandant au préfet la suspension immédiate de l’activité de l’abattoir

La vidéo publiée ce mardi matin sur le site du journal le « Le Monde » glace. Une écœurante preuve par l’image, afin d’expliquer pourquoi l’abattoir intercommunal de Soule n’a pas respecté les règles. La bande provient de l’association L214, qui a déposé une plainte au tribunal de grande instance de Pau.

Lire la suite : sudouest.fr

Un abattoir du Pays basque fermé après la découverte d’actes de cruauté

Un abattoir du Pays basque fermé après la découverte d’actes de cruauté
Par défaut

C’est un scandale qui jette un peu plus l’opprobre sur le milieu des abattoirs. Un mois après les actes de cruauté filmés dans l’établissement du Vigan (Gard), et cinq mois après ceux perpétrés à Alès, qui avaient suscité l’indignation, l’association L214 a dévoilé de nouveaux cas de maltraitance animale. Cette fois, les faits se déroulent au sein d’une entreprise de découpe de viande mettant en avant le bio et le Label rouge : l’abattoir intercommunal de Soule, situé dans la petite ville de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques), au cœur du Pays basque.

Filmée en caméra cachée en mars, la vidéo, à laquelle Le Monde a eu accès en exclusivité, témoigne de pratiques d’abattage choquantes et manifestement illégales de bovins, de veaux et surtout d’agneaux de lait – des animaux de moins de 45 jours, pas encore sevrés –, au lendemain de la fête de Pâques. L214, qui lutte contre toute exploitation animale, a déposé une plainte, mardi 29 mars, devant le procureur de Pau pour faits de maltraitance, de sévices graves et d’actes de cruauté, et a lancé une nouvelle pétition pour demander une « transparence effective des abattoirs ».

Lire la suite : lemonde.fr