Une bourse pour apprendre le basque en immersion

Par défaut

Une bourse pour l’apprentissage de la langue basque en immersion a été mise en place par la commune d’Ustaritz.

Elle a pour objet d’aider, en sus des bourses par ailleurs existantes, les bénéficiaires à intégrer des « barnetegi ». Si les dossiers de demande doivent être constitués avant le mois d’octobre, le nombre de places est limité à sept. Attention, seuls les premiers inscrits seront servis !

La bourse d’études créée à l’attention des uztariztar apprenant la langue basque a pour but d’alléger financièrement la formation en « barnetegi » ou immersion totale durant plusieurs jours, sur un lieu défini.

Des « barnetegi » proposés par les centres de Forua (AEK) et de Lazkao (Maizpide), qui permettent « de motiver les personnes à intégrer le processus intensif et immersif d’apprentissage pour maîtriser l’euskara (le basque) dans un laps de temps minimum. »

(…) Pour obtenir plus de renseignements sur le sujet, contactez la mairie au 05 59 93 00 44.

Source : sudouest.fr

Publicités

Patrimoine vivant au Pays basque : un quartier d’Ustaritz remporte la bataille du clocher

Pays basque : un quartier d'Ustaritz remporte la bataille du clocherPays basque : un quartier d'Ustaritz remporte la bataille du clocher
Par défaut

Les Amis de la chapelle Sainte-Catherine ont obtenu devant le tribunal administratif que soit respecté le legs de l’édifice religieux et de deux hectares à leur quartier, Herauritz.

Le tribunal administratif leur a donné raison. La chapelle Sainte-Catherine et deux hectares de terres voisines appartiennent bien aux habitants du quartier d’Herauritz, à Ustaritz.

Le legs du châtelain

Réunis au sein de l’association des Amis de la chapelle et d’un collectif de défense de ce patrimoine, ils avaient attaqué la décision de la municipalité précédente de s’approprier ces biens légués en 1838 aux habitants du quartier. Cette volonté était celle de Joachin Turmann, châtelain du village.

Vendre pour construire

En 2012, le maire de l’époque, Dominique Lesbats, demande au préfet d’autoriser le transfert du petit lieu de culte et des terres dans le patrimoine communal. Objectif affiché : tirer de la vente d’une partie des terres devenues constructibles (550.000 euros de valeur) les moyens de créer à Herauritz une salle polyvalente.

Pas d’appel

La préfecture a validé le transfert. Le collectif a donc contesté ce choix devant la juridiction administrative. Celle-ci a donné raison aux habitants au mois de septembre. Ils était restés discrets sur leur victoire, respectant ainsi le délai d’appel de deux mois. Mais le préfet n’a pas actionné ce recours.

Source : sudouest.fr – 04/12/2015